5 poétesses françaises à connaître absolument

5 poétesses françaises à connaître

Si l’on se fiait seulement aux programmes scolaires, aux anthologies littéraires ou encore aux rayons poésie de certaines librairies, les poétesses françaises n’existeraient pas. Du moins, elles n’auraient pas eu le même impact que leurs collègues masculins. Et c’est totalement faux. Elles sont nombreuses à avoir révolutionné la littérature. Toutefois, on a choisi d’invisibiliser leur travail. Je vous propose donc de découvrir cinq de ces femmes qui ont eu une influence considérable sur notre culture.

 

Qui sont les poétesses françaises à connaître ?

 

Christine de Pisan (1364 – 1430)

Tableau de Christine de Pisan est une des poétesses françaises

Cette liste ne pouvait commencer autrement qu’avec Christine de Pisan. Autrice du 14e siècle, elle est la toute première femme de lettres à avoir vécu de sa plume. C’est après la mort de son mari qu’elle décide de devenir écrivaine : un moyen pour elle de subvenir aux besoins de sa famille et de garder son indépendance. Rapidement, ses travaux lui valent l’intérêt et l’admiration de la Cour.

Elle écrit tout au long de sa carrière une dizaine de livres de prose, plusieurs centaines de poèmes et des traités moraux dans lesquels elle ne manque pas de plaider pour la cause des femmes.

Poème choisi :

Je ne sais comment je dure

Je ne sais comment je dure ;
Car mon dolent cœur fond d’ire,
Et plaindre n’ose, ni dire
Ma douloureuse aventure,

Ma dolente vie obscure,
Rien, hors la mort, ne désire ;
Je ne sais comment je dure.

Et me faut par couverture
Chanter quand mon cœur soupire,
Et faire semblant de rire ;
Mais Dieu sait ce que j’endure ;
Je ne sais comment je dure.

À lire :

Cent ballades d’amant et de dame, Christine de Pisan, Gallimard (2019)

 

Louise Labé (1524 – 1566)

Louise Labé fait partie des poétesses françaises à connaître

Issue d’un milieu aisé, « la Belle Cordière » a pu bénéficier d’une éducation de qualité. Elle apprend le latin, l’espagnol, l’italien, la musique ainsi que le maniement des armes. Sa réputation de courtisane et son expression du désir féminin font qu’elle est longtemps méprisée et critiquée. En revanche, elle est fort appréciée et respectée par les intellectuels de son temps. Son salon devient ainsi le lieu de rendez-vous pour de nombreux poètes et poétesses, dont Olivier de Magny et Maurice Scève.

Dans sa lettre à Clémence de Bourges, une autre poétesse lyonnaise, elle encourage les femmes à « en science et vertu passer ou égaler les hommes ».

Poème choisi :

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
J’ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m’est et trop molle et trop dure.
J’ai grands ennuis entremêlés de joie.

Tout à un coup je ris et je larmoie,
Et en plaisir maint grief tourment j’endure ;
Mon bien s’en va, et à jamais il dure ;
Tout en un coup je sèche et je verdoie.

Ainsi Amour inconstamment me mène ;
Et, quand je pense avoir plus de douleur,
Sans y penser je me trouve hors de peine.

Puis, quand je crois ma joie être certaine,
Et être au haut de mon désiré heur,
Il me remet en mon premier malheur.

À lire :

Œuvres Complètes, Louise Labé, Flammarion (2004)

 

Marceline Desbordes-Valmore (1786 – 1859)

Marcelline Desbordes-Valmore

Ce nom, tout le monde devrait le connaître. Pourtant, je l’ai moi-même découvert assez tard.

Méconnue à tort, Marceline Desbordes-Valmore est la précurseuse de la poésie romantique. Sa plume spontanée et émouvante influencera d’autres grands noms de la littérature : Verlaine, Rimbaud, Aragon, Rilke… En plus de lui écrire son admiration, Honoré de Balzac lui dédiera même sa nouvelle Jésus-Christ en Flandre.

En 1833, elle publie un roman autobiographie intitulé Dans l’atelier d’un peintre qui évoque la difficulté pour une femme d’être reconnue en tant qu’artiste.

Poème choisi :

Les roses de Saadi

J’ai voulu ce matin te rapporter des roses ;
Mais j’en avais tant pris dans mes ceintures closes
Que les noeuds trop serrés n’ont pu les contenir.

Les noeuds ont éclaté. Les roses envolées
Dans le vent, à la mer s’en sont toutes allées.
Elles ont suivi l’eau pour ne plus revenir ;

La vague en a paru rouge et comme enflammée.
Ce soir, ma robe encore en est tout embaumée…
Respires-en sur moi l’odorant souvenir.

À lire :

Poésies, Marceline Desbordes Valmore, Gallimard (2015)

 

Anna de Noailles (1876 – 1933)

Photo d'Anna de Noailles, une des poétesses françaises les plus célèbres

Descendante d’une prestigieuse famille roumaine, la comtesse Anna-Élisabeth de Noailles et son mari font partie de la haute société parisienne du vingtième siècle. Son premier recueil Le Coeur innombrable rencontre un succès tel qu’elle devient l’égérie de toute une génération. Peu à peu, elle s’éloigne du lyrisme pour écrire des textes plus sombres et mélancoliques sur l’effroi que lui provoque la mort. Toutefois, sa plume conserve cette même musicalité qui lui vaut d’être récompensée de nombreux prix littéraires.

En plus d’être la première femme commandeur de la Légion d’honneur, elle est la première femme reçue à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

Poème choisi :

L’ardeur 

Rire ou pleurer, mais que le coeur
Soit plein de parfums comme un vase,
Et contienne jusqu’à l’extase
La force vive ou la langueur.

Avoir la douleur ou la joie,
Pourvu que le coeur soit profond
Comme un arbre où des ailes font
Trembler le feuillage qui ploie ;

S’en aller pensant ou rêvant,
Mais que le coeur donne sa sève
Et que l’âme chante et se lève
Comme une vague dans le vent.

Que le coeur s’éclaire ou se voile,
Qu’il soit sombre ou vif tour à tour,
Mais que son ombre et que son jour
Aient le soleil ou les étoiles…

À lire :

Anthologie poétique et romanesque, Anna de Noailles, Le Livre de poche (2013)

 

Renée Vivien (1877 – 1909)

Renée Vivien

Surnommée Sappho 1900, Renée Vivien est considérée comme une icône majeure de la poésie. Un prix littéraire portant son nom a été décerné à des auteurs de talent, telles que Marguerite Yourcenar et Lucie Delarue-Mardrus. Pourtant, de son vivant, Renée Vivien vit à contre-courant de son époque.

Elle est la première poétesse francophone à écrire sur son amour des femmes. L’homosexualité étant encore à l’époque considérée comme une maladie mentale, la société la perçoit comme une pernicieuse et une débauchée. Il faudra donc attendre 1986 pour que ses poèmes soient réédités et appréciés à leur juste valeur. Et encore, elle est toujours trop méconnue à mes yeux.

Son œuvre complète est constituée, entre autres, d’une dizaine de recueils de poésie, de plusieurs romans et de traductions de poétesses grecques, dont Sappho. Elle nous laisse des vers d’une beauté et d’une modernité indéniables.

Poème choisi :

Ton âme

Ton âme, c’est la chose exquise et parfumée
Qui s’ouvre avec lenteur, en silence, en tremblant,
Et qui, pleine d’amour, s’étonne d’être aimée.
Ton âme, c’est le lys, le lys divin et blanc.
Comme un souffle des bois remplis de violettes,
Ton souffle rafraîchit le front du désespoir,
Et l’on apprend de toi les bravoures muettes.
Ton âme est le poème, et le chant, et le soir.
Ton âme est la fraîcheur, ton âme est la rosée,
Ton âme est ce regard bienveillant du matin
Qui ranime d’un mot l’espérance brisée…
Ton âme est la pitié finale du destin.

À lire :

Poèmes Choisis, Renée Vivien, Points (2018)

Et après… ?

J’ai choisi de mettre en avant ces quatre poétesses en raison de leur plume, de leur vie et de leur influence sur la société française de l’époque. Mais il y a tellement d’autres poétesses à découvrir: Marie Nervat, Élisa Mercoeur, Louise Ackermann, Cécile Sauvage… Sans parler des poétesses d’aujourd’hui.

Par ailleurs, si vous souhaitez d’autres recommandations poétiques, je vous avais déjà écrit un article sur les recueils qui m’ont inspirée ici.

 

Bonne lecture !

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
shares